MOUVEMENTS

QI GONG, art énergétique chinois

  • Accueil
  • > Recherche : marche qi gong

MON ANNEE QI GONG

Classé dans : Définition — mouvements @

Pendant la semaine du 12 juin 2017, au début de chacun des cours de Qi Gong animés par Solange Ninnin à Marseille, Gémenos et La Ciotat, chaque personne a répondu en cinq minutes à peine à cinq questions concernant son année Qi Gong 2016-2017.
Le texte ci-dessous reprend les formulations de chacun en leur état, sans ordre ni retouche, seulement réunies à la queu-leu-leu derrière la question posée, et à peine séparés par un petit point-virgule comme un souffle de Qi entre chacune. Il est l’expression dans l’instant présent de « notre année Qi Gong » dans sa multiplicité, sa richesse. Certaines expressions sont récurrentes, d’autres sont très particulières. L’analyse intellectuelle n’est ici pas utile, ni nécessaire. Les mots mis ensemble bout à bout parlent d’eux-même sans l’interférence d’un mental qui voudrait les classer. L’écrit commun ainsi retranscrit révèle en soi-même la spontanéité des coeurs, la disponibilité à l’instant et l’entraînement à l’exercice de Qi Gong.

fleurs 2

Pourquoi est-ce que je pratique le Qi Gong ?

Pour la détente, le sommeil, la mobilité ; parce que ça me fait du bien physiquement et mentalement (3) ; pour me sentir mieux et mieux gérer mes émotions ; pour avoir un temps dans la semaine ; pour me reconnecter avec mon corps ; pour mon équilibre intérieur et physique ; pour le calme mental et la circulation des énergies suite à un problème de santé il y a 2 ans ; pour m’entraîner et me relier aux énergies et aussi parce que ça me fait du bien et que j’ai cette pratique ; pour le bien-être, pour m’assouplir, pour rester en forme et connaître les points physique de mon corps ; parce que je ressentais le besoin de mobiliser les articulations de mes hanches et que ma sœur m’y a incitée ; car j’ai vu une émission et j’ai souhaité essayer ; pour le développement interne, le regard sur soi, la détente psychique et corporelle ; pour me délasser et trouver la sérénité ; pour couper le mental, calmer l’esprit, être dans le lent, sentir le corps, l’énergie s’équilibrer ; pour m’équilibrer, prendre le temps pour moi, m’assouplir ; relaxation et décoinçage articulaire ; trouver une sérénité intérieure et retrouver souplesse et dynamisme ; pour apprendre à prendre le temps ; pour me calmer l’esprit ; car c’est conseillé pour les malades Parkinson ; pour mieux vivre et être présente à mon corps, être moins dan le « faire » ; pour me retrouver, et maintenant moi et le groupe ; pour le bien-être, la tolérance, la rencontre avec moi et les autres ; parce qu’issue de la médecine traditionnelle chinoise que j’ai découverte il y a quelques années, et parce que j’en retire beaucoup de bien-être ; pour le bien-être qu’il m’apporte ; c’est une pratique qui me convient particulièrement pour me permettre de souffler, détente corporelle et psychique ; recherche du bien-être général et plus d’équilibre ; pour une meilleure santé ; pour atteindre un certain bien-être une détente ; répond à ma recherche d’une activité en relation avec ma forme et mon âge ; j’ai débuté la discipline afin de canaliser mon stress, être à l’écoute de mon corps sur conseil de mon médecin d’ailleurs ; curiosité sur des informations en faveur des bienfaits pour la santé physique et mentale ; parce que je suis prête, c’était le moment pour commencer ; par hasard, recommandé par une amie, pour avoir une activité sportive agréable ; pour entretenir et améliorer ma santé ; pour calmer la « bête » ; beaucoup de problèmes personnels donc pour extérioriser et supporter ; parce que j’aime ça surtout lorsqu’il est initié par Solange ; pour avoir un moment à moi, calme, me poser, me recentrer.

Qu’est-ce que j’ai expérimenté particulièrement cette année ?

La respiration, plutôt les respirations, sensation d’ouverture d’un espace intérieur rarement expérimenté ; les marches ; beaucoup de problèmes de dos, les exercices me permettaient de moins sentir les douleurs ne serait-ce que durant une dizaine d’heures ; les respirations des différents organes ; relâchement physique et lâcher prise mental ; la nécessité de la coordination des différentes parties du corps ; l’intériorité, le calme, la sérénité intérieure ; étirements, il paraît que c’est très important dans le vieillissement du corps, l’ouverture ; le fait de ralentir le rythme, un peu difficile au départ, puis évident et agréable ; un groupe accueillant et sympathique ; j’ai retrouvé un peu de souplesse et d’équilibre statique ; ouverture et étirement, lâcher pour étirer ; étirement permettant une meilleure posture générale, les effets de la respiration ; la marche, la respiration ; la possibilité de continuer à me « servir » de mon corps malgré la douleur ; le Qi Gong général de santé et la marche thérapeutique ; mes préférés la méditation : bien être dans la posture et l’enchaînement pour préserver la santé ; la respiration, découvrir mes omoplates ; le calme, la présence et l’attention, plus de lâcher prise ; la marche consciente ; la douceur des mouvements mais aussi la concentration ; la coordination entre mental et physique ; Qi Gong général particulièrement apprécié ; Qi Gong de l’étirement, Qi Gong pour préserver la santé, FaJiGong ; le travail au sol j’aime beaucoup, beaucoup de ressenti ; tout ; détente, localisation des tensions ; les lien entre le haut et le bas du corps ; une activité physique et spirituelle régulière ; le fait que mon corps semble avoir mémorisé le fil des mouvements et y trouve plaisir ; ma régularité ; un peu plus de temps pour faire le mouvement, un peu plus attentive ; l’approfondissement de la pratique ; l’ « ici et maintenant », c’est à dire essayer au maximum pendant le cours d’être dans le présent ; certaines choses se mettent en place et certaines choses se passent au niveau du ressenti au-delà de la partie physique, notamment les sensations dans le Qi Gong de l’étirement et de l’ouverture ; l’apprentissage des mouvements de Qi Gong pour une bonne santé assez difficile à mémoriser et coordonner, malgré cela, positif ; la découverte de la lenteur et des mouvements « aboutis » ; une grande partie des mouvements chez moi ; les exercices qui permettent une amélioration (arthrose, rhumatisme)  ; une stabilité, une sérénité.

 

Quels effets du Qi Gong j’ai pu observer sur ma Santé ?

Une maîtrise des effets négatifs de la vie ; mental plus calme, fluidité dans mes mouvements ; un mieux être au niveau énergétique ; pas encore observé d’effets concrets si ce n’est un certain apaisement après les cours ; meilleure respiration, centrage, calme ; Mon corps se formate « Qi Gong », position bassin/sacrum, sensation de m’assoir dessus, se détend, s’étire, solidité, notion de cercle ; détente, centrage, prise de conscience des tensions internes ; une amélioration au niveau articulaire, une meilleure conscience dans la vie de tous les jours ; un peu plus de temps pour faire le mouvement, un peu plus attentive ; moins mal au dos ; plus de mal au dos, j’arrive bien à me tenir en équilibre sur un pied ; apaisement et détente après le cours, soucis déposés ; je n’ai pas été malade cet hiver, je suis plus détendue après le travail ; apaisement, joie de pratiquer ; moins de stress ; positive dans les mauvais moments ; moins d’angoisse, du calme ; prendre le temps de réflexion, me ralentir ; baisse de la tension artérielle et récupération articulaire de mon épaule et aussi équilibre amélioré ; que du bénéfique ; effets sur ma constipation chronique, Qi Gong associé à d’autres thérapeutiques. Laquelle a été efficace ??? je pense toutes ; le besoin physique et psychique ; tenue de mon corps passive debout, ouverture, meilleure écoute de mon corps (besoin de repos ; je prends conscience de ma mâchoire serrée tout le temps, je me détends ; calme, moins de stress, assouplissement ; un peu plus de souplesse et de bien-être, apaisement après le cours, attention aux migraines ; de la mobilité, du calme ; assouplissement, calme ; moins de couleur, plus de souplesse ; plus calme, plus posée ; amélioration corporelle et énergétique ; je gère mieux mes crises d’étouffement ; m’a permis de gommer une cruralgie ; j’ai redécouvert la micro-circulation à mes extrémités, chose qui ne m’était pas arrivé depuis plus de 10 ans ; difficile à dire pour l’instant car je fais aussi du yoga ; le calme, la sérénité, l’écoute de mon corps ; plus de capacité respiratoire ; bien-être ; c’est un moment de pause qui me permet de prendre conscience et d’écouter mon corps ce que je fais assez rarement (tête en action), cela tempère toute ma semaine ; après la séance je suis facilement irritable, la nuit qui suit est très calme, le cours réveille la douleur sciatique mais sinon elle a totalement cédé ; je peux juste dire la sensation après la séance, je ne suis plus la même, sensation d’énergie qui circule bien et même un peu d’ivresse  ; me détacher le plus possible de mes problèmes et me réapproprier mon corps.

 

Qu’est-ce qui a été essentiel pour moi pendant cette année Qi Gong ?

La respiration, me retrouver ; de venir en cours malgré mes difficultés de santé ; améliorer mon apprentissage ; a pratique régulière, l’ambiance sereine des groupes et des cours ; arriver à venir et mémoriser les mouvements ; tous les mouvements essentiels du corps ; le sentiment d’une certaine familiarité plaisante ; de ne pas renoncer ; d’avoir essayer ; approfondissement du regard sur soi ; retrouver des relations humaines dans ce groupe, je m’y sens bien ; me permettre en groupe de déconnecter, me centrer, le groupe, l’énergie du groupe ; la prise de conscience de mes mouvements et de mes pensées, méditation ; la régularité ; une prise de conscience du temps à manager ; la capacité de mettre ma tête au repos pendant quelques instants ; persévérer malgré quelques difficultés ; avancer au rythme de ma respiration ; de sentir l’évolution ; l’apprentissage partagé, la diversité des pratiques, le plaisir du groupe ; le partage avec le groupe qui prend de plus en plus d’importance pour moi ; des mouvements adaptés à mon état physique ; reprendre cette activité, ses bienfaits physiques et ses contacts humains de m’imprégner un peu plus de cette pratique ; régularité des cours (participation permet d’équilibrer l’état général ; amélioration de ma santé physique et énergétique ; les bienfaits éprouvés, la régularité, la convivialité ; une activité qui correspond à mes convictions médicales ; l’ambiance, l’esprit de groupe ainsi bien sûr que les bienfaits physiques et psychiques ; j’apprends doucement et je perçois la souplesse et la beauté du geste corporel ; la notion de continuité (mouvements continus sans heurts), l’accord entre l’intérieur et l’extérieur, le haut et le bas ; la régularité de la pratique hebdomadaire ; apprendre à faire une gestuelle lente avec prise de conscience, à contrôler le temps, me poser ; durant une heure prendre le temps de faire le vide, de lâcher prise ; la surprise d’avoir assez bien intégré toutes les marches thérapeutiques, elles viennent assez naturellement ; je bloque sur le mot « essentiel », pour moi à cause des congés j’ai senti un manque de la régularité hebdomadaire ; ce qui est essentiel c’est la régularité de faire le Qi Gong au moins une fois par semaine.

 

Mes autres observations sur mon année Qi Gong ?

J’ai besoin de continuer et de pratiquer en cours ; j’apprécie les lettres info sur le Qi Gong et la philosophie chinoise ; j’ai beaucoup apprécié la pratique avec les galets sans toutefois avoir assez pratiqué ; j’aurai aimé avoir dans l’année une pratique plus prolongée du Qi Gong pour préserver la santé et aussi approfondir d’autres Qi Gong (par ex les 8 pièces de brocard) ; je suis très heureuse d’y participer ; prof géniale et pédagogique ; je n’ai commencé qu’en mai mais reprendrai le cours à la rentrée 2017 ; malgré les absences une envie de continuer, que du bienfait ; j’aime aussi les auto-massages, les explications sur les équilibres, les méridiens, ce que ça engendre ; l’ambiance tranquillisante et humaine ; groupe sympa d’où je tire du bien être ; un peu stressant parfois, recherche de performance difficile pour moi ; place +++ de ma respiration ; à continuer ; encore, et merci ; grande salle très agréable avec son beau parquet (cours Pierre Puget Marseille) ; j’ai apprécié l’unité du groupe ; 1/4 d’année très bénéfique qui complète mon traitement médical ; plaisir de retrouver le groupe chaque semaine ; je ne suis pas trop venue ; une certaine libération d’esprit ; une heure c’est une peu court ; effet positif, on continue… ; groupe convivial, envie de retrouver le groupe, accueil chaleureux de Mireille (Cours La Ciotat) ; manque pendant les vacances scolaires, aucune envie de pratiquer à la maison ; mes pieds parallèles que je contrôle toujours ; évidement trop de cours m’ont manqué ! ; régularité hebdomadaire.

fleurs

CONTACT
ACCUEIL

QI GONG TAOÏSTE : HUI CHUN GONG

Classé dans : Hui Chun Gong — mouvements @

Le Hui Chun Gong ou « Qi Gong pour retrouver le printemps » est une méthode de travail énergétique taoïste restée secrète pendant des siècles jusqu’au début des années 1980, et dont l’héritier actuel, Maître Shen Xin Yan, vit actuellement à Shanghaï.


Maître Shen Xin YanHui veut dire : retourner ; Chun désigne le printemps, la jeunesse, la vitalité ; Gong : le travail. Retrouver le printemps signifie ici tant la bonne santé qu’une démarche pour harmoniser le corps et l’esprit dans la recherche de l’unité avec la nature au sens large : la nature de chacun, la nature extérieure.

Hui Chun Gong

Le Hui Chun Gong est enseigné sous forme de cours et  d’ateliers et de stages dans la région marseillaise, par Solange Ninnin qui s’est formée  directement avec Maître Shen Xin Yan (20ème héritier du Hui Chun Gong) et madame Mok Zhuang Ming (21ème héritière), au cours de différents stages en France et de formations en Chine (montagnes de JihuaShan, Shanghaï ).

Le Hui Chun Gong développe des techniques anciennes de longévité pour préserver la santé.
Il comprend 9 méthodes (dynamiques : 1ère, 2ème, 3ème méthode .
allongée; automassages du visage; assise ; accroupie ; à genoux ; à quatre pattes, roulée).

Il est issu du taoïsme. Son origine remonte à l’époque de la  dynastie des Qin (4ème-3ème siècle avant J-C.).


Une démonstration de Madame Mok

Il s’inscrit dans le cadre du YangSheng, c’est à dire l’ensemble des techniques pour préserver la santé et nourrir la vie, selon les 9 principes suivants :
– Notion de l’être primordial : « Ma vie dépend de moi et non du ciel »
– Notion de globalité : la voie est de suivre la voie naturelle.
« L’énergie du Ciel et de l’Homme sont de la même origine »
« L’homme réside dans l’énergie, l’énergie dans l’homme »
- Unité corps-esprit qui exige de travailler en même temps sur la forme corporelle et sur l’esprit
- Concentration de l’énergie et recherche de la souplesse
- Jing (l’essence), premier élément, constitue le centre du travail du Hui Chun Gong
- Prévention de la santé : « Ne pas attendre d’être malade pour agir et traiter en prévention »
- Pratique régulière « Entendant la voie, le sage l’effectue en persévérant »
- Recherche de l’aisance et jouissance de l’instant présent
- Notion du développement continuel avec son expérience

07zhujiajiaotortuecorr.jpg

07zhujiajiaotortuecorr.jpg

07zhujiajiaotortuecorr.jpg

07zhujiajiaotortuecorr.jpg


 

 

 

ACCUEIL

CONTACT 

 

RESPIRATION ET SPIRITUALITE

Classé dans : Un peu de théorie — mouvements @

Le texte de Bernard Besret ci-dessous a été diffusé dans sa « chroniques de QiYunShan et de Plougrescant ». Il peut enrichir notre recherche
sur la marche consciente
(méditation marchée) que nous pratiquons dans les cours hebdomadaires et sur nos exercices de respiration (TuNa).

« La respiration a la même racine « spir » que le mot esprit (spiritus en latin) et donc la même étymologie que le mot spiritualité.
En vérité la spiritualité est, entre autres choses, une question de souffle. Les différentes traditions sont unanimes à le considérer. En Inde on parle de prana. En Chine on évoque le Qi. Un homme ou une femme spirituel(le) est donc un homme ou une femme qui a du souffle ! Un souffle dont, comme du souffle du vent, on ne sait ni d’où il vient ni où il va !
Un être spirituel est un être ouvert à toutes les énergies qui traversent le monde et, plus particulièrement, le corps humain. Les Chinois aiment à considérer
l’homme comme TianDi, c’est à dire comme un aimant entre le ciel (Tian) et la terre (Di), captant et condensant en lui-même, les énergies de l’un comme de l’autre. 


La conscience au coeur de la spiritualité
Enracinée dans le corps, animée par le souffle, habitée par toutes les énergies, la spiritualité est affaire de conscience. Le mot est ambigu et je ne parle pas ici de conscience morale. Mais de la conscience que nous avons d’exister. De notre conscience d’être conscient, si possible sans aucun autre objet de conscience. Et, s’il nous arrive un jour d’être totalement éveillés, nous nous ressentons comme purement et simplement conscience. C’est alors un point culminant de notre parcours spirituel.
Certaines pratiques venues d’Orient, peuvent nous y aider comme le yoga ou comme le Qi Gong, qui veut dire « maîtrise de l’énergie » ou « maîtrise du souffle ».
Mais nous pouvons y parvenir en restant tout à fait occidentaux, en commençant par fermer les yeux, fermant ainsi la porte à la plus grande partie de nos informations sensorielles et nous permettant de tourner le regard de l’extérieur vers notre intériorité. »

Bernard Besret est l’auteur du livre « A hauteur de nuages ». Avec quelques-uns, nous avons fait, il y a quelques années, un superbe voyage en sa compagnie dans les contreforts de la célèbre montagne jaune, Huang Shan.

A hauteur des nuages

 

CONTACT

ACCUEIL

LES CINQ MARCHES THERAPEUTIQUES DU QI GONG

Classé dans : Qi Gong de base — mouvements @

Le Qi Gong de la marche existe depuis 2000 ans. On l’appelle Xi Xi Hu. Xi c’est l’inspiration, Hu c’est l’expiration. Ces marches se caractérisent pas une attaque du sol par le talon et font appel à une respiration, un mouvement des bras et des mains spécifiques. Elles sont particulièrement utilisées en cas de cancer  et pour l’amélioration de l’état émotionnel qui favorise la guérison.
Le Qi Gong de la Marche a été développé en Chine par une femme, Maître Guo Ling de la province de Guangdong, elle-même atteinte d’un cancer. Elle s’est d’abord soignée et a mis au point sa propre méthode « Guo Ling Qi Gong ». Le Dr Liu Dong, qui enseigne régulièrement cette méthode dans ses cours et stages en Europe et aux Etats Unis a, au fur et à mesure de son expérience, apporté quelques changements. Selon le docteur Liu Dong : « L’inspiration d’une énergie renouvelée et l’élimination de l’énergie usée ou perverse permet aux bien-portants de renforcer leur immunité et aux malades de contribuer à affaiblir ou reprogrammer les cellules malades pour recouvrer la santé. Les défenses immunitaires sont renforcées, l’activité des 5 organes régularisée, la circulation du Qi activée et les toxines éliminées. Ces cinq marches apaisent le mental et dispersent les émotions. »

Les cinq marches thérapeutiques de Liu Dong sont pratiquées dans une même séance au moins 20 minutes (5 minutes par organe) en respectant le souffle et l’intention. Pour trouver la joie, il est plus efficace de pratiquer en groupe et régulièrement.
Le plus important dans cette pratique c’est l’attention portée au rythme de la respiration accordée au rythme de la marche. Cette association régularise l’activité des 5 organes et active la circulation du Qi permettant une purification profonde du corps en chassant le trop-plein émotionnel. La marche Xi Xi Hu exécutée à vitesse moyenne et en cadence régulière est comme une méditation en mouvement. Après la pratique l’esprit est nettoyé et calme. 

Les cinq marches thérapeutiques du Qi Gong sont enseignées dans la région marseillaise par Solange Ninnin.

qigong_marche

Xi = inspiration
Hu = expiration
g= pied gauche devant
d= pied droit devant

  • 1ère marche : purifier le Poumon

XI XI HU-
g    g   d

P

  • 2ème marche : purifier le Coeur

XI XI XI XI HU HU HU-
g    g    d    d    g    g    d

C

  • 3ème marche : purifier la Rate

XI XI XI XI HU HU HU-
g   g    d   d    g     g     d

XI XI XI XI HU HU HU-
d   d    g    g    d    d     g

 Rte

  • 4ème marche : purifier les Reins

XI XI XI XI HU-
g    g    d   d   g

XI XI XI XI HU-
d    d   g    g   d

 Rn

  • 5ème marche : purifier le Foie

XI XI XI XI HU-
g    g   d   d    g

XI XI XI XI HU-
d   d    g    g   d

F

 

CONTACT

ACCUEIL

MARCHER

Classé dans : Lire, écouter, voir — mouvements @

Voici les extraits d’un livre court, facile et très agréable à lire de Christophe Lamoure « Petite philosophie du marcheur » (édition Milan).
Un texte pour prendre conscience de l’acte de marcher, et faire de notre marche une marche consciente dans la pratique du Qi Gong et aussi dans sa vie quotidienne.
Je marche et je suis conscient que je marche. Mes pieds marchent et je suis conscient que mes pieds marchent.


Penser avec ses pieds

« La marche est un mode de déplacement naturel de l’être humain. Un pied devant l’autre imprime le mouvement qui bascule le corps en avant et permet la progression. Le corps reste toujours en contact avec le sol, nul moment de suspension aérienne ou bien c’est qu’on est passé à la course. La marche maintient l’individu au sol, traduisant son lien essentiel avec la terre. Nous sommes une plante de terre, quoi qu’en dise Platon.
(…) Se déplaçant à une vitesse variant entre trois et cinq kilomètres par heure, le marcheur prend une conscience nette des dimensions et de la réalité du monde. En effet, à mesure que la vitesse augmente, le monde prend des contours de plus en plus flous jusqu’à pouvoir disparaître. Notre oeil est fait pour la marche car, alors, il peut découvrir l’infinie variété des êtres et des formes qui composent le réel que nous habitons. Habiter le monde, non l’occuper, le coloniser ou le maîtriser, tel est le voeu intime du marcheur.
(…) Apparue chez les premiers hominiens il y a environ deux millions d’années, la marche a permis la libération des membres antérieurs, rendus alors disponibles pour la manipulation d’outils, le transport d’objets, l’accomplissement de gestes. Le redressement qu’elle suppose permet aussi un développement du cerveau et des capacités intellectuelles qui lui sont liées. Autrement dit, l’être humain est marcheur non par accident, mais par vocation. Ainsi que l’écrit Rousseau :  » nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds » (Emile)

squelette

Les pieds sur terre

« La marche permet de recoudre pas à pas l’évidence dissipée qui longtemps a tenu ensemble l’homme et le sol ; elle permet de reprendre pied dans une époque où chacun a la sensation de se noyer dans un torrent de bouleversements.
L’homme a tracé des chemins, autant de coutures qui composent l’étoffe d’un monde humain. Chaque marcheur parcourant ces chemins repique la tunique qui protège l’homme et le monde d’un oubli réciproque.
Le chemin soutient mon pas, il lui offre la résistance nécessaire pour que je puisse avancer, ne pas basculer dans le vide ou m’enfoncer dans la bourbe. Il a ses accidents que le pied est prompt à éviter, se posant exactement là où l’appui est suffisant, ni trop mou, ni trop instable, ni trop profond. Le pied doit conserver son allure, éviter le piège de la prise  dont il pourrait se déprendre, et celui de la glissage qui lui ferait perdre l’adhérence.
L’entente instantanée de l’oeil et du pied révèle l’intelligence du corps en acte, anticipant les risques et les déjouant. La marche traduit la coïncidence du pied et du sol et pointe la connivence archaïque de l’homme et de la nature : ne sommes-nous pas issus d’une même souche, la matière stellaire ?
 »

Ciel et terre
« On marche sur la terre mais on marche aussi sous le ciel, l’un ne va pas sans l’autre. »

Geste juste

Classé dans : Lire, écouter, voir — mouvements @

Voici des extraits du livre « la face cachée de la terre » du célèbre céramiste Daniel de Montmollin à propos du geste du potier.

Ses mots sur le  silence et le temps, le rapport au « maître »,  la répétition et l’apprentissage… résonnent avec la pratique du Qi Gong.
La céramique comme le Qi Gong est un art, un art du geste juste, de l’attention à ce qui advient.

Prendre le temps de se représenter par avance son geste, de faire mémoire de ce qu’on va faire, en un temps de silence qui n’a pas la même durée pour chacun, qui peut durer le temps d’une profonde expiration ou celui d’un promenade, permettant de se rejoindre avant l’agir. Un temps en dehors de ce temps dont on dit qu’il vaut de l’argent.

Il en résulte qu’au départ, on souhaite trouver un maître avec lequel une relation personnelle puisse s’établir, qui sera capable de vous aider à devenir vous-même et de s’effacer lorsque vous vous serez trouvé. La fonction essentielle du maître, s’il s’en trouve, sera en effet celle d’un catalyseur. C’est dans la mesure où il se sent accompagné et stimulé par un être engagé lui-même dans le métier que “l’élève” mettra en oeuvre ses propres facultés.”

La répétition appartient au déroulement de la vie. Elle est chronologique (années, saisons, jours, heures), physiologique (coeur, respiration, marche), quotidienne (horaire, travail, repos). L’exercice répétitif fait partie de tout apprentissage manuel ou mental. Il peut être consenti ou subi. Subi, il engendre la monotonie et la passivité. Consenti, il est vécu comme le support d’un devenir. Il n’est alors répétitif qu’en apparence. Comme deux printemps qui ne se ressemblent jamais, chaque situation, chaque geste est nouveau par rapport au précédent. Le répétitif consenti caractérise tout entraînement.
Rendant compétent, il éveille et rend sensible à l’inattendu. Il est le marchepied de la créativité, le garant de l’improvisation.”

Répéter c’est reproduire un geste, une forme, dans une démarche d’apprentissage et de ré-appropriation, tel le musicien – même expérimenté – faisant ses gammes. La répétition génère un savoir-faire libérant l’expression. Elle réclame une attention consciente pour éviter un automatisme qui ferait sortir de la créativité. Loin d’enfermer, la répétition s’inscrit dans un processus ou l’acte présent s’enrichit des précédents”.

 

potier

ACCUEIL

CONTACT

Préparation du Nei Yang Gong

Classé dans : Nei Yang Gong — mouvements @

Les exercices de Qi Gong pour préparer la pratique du Nei Yang Gong (Qi Gong pour nourrir l’intérieur) sont nommés Nei Yang Gong Chu Ji Dong Gong (Chu Ji = préparation, Dong = mouvement, Gong = travail). Ils sont utilisés dans les hôpitaux, tels que le Centre national de Qi Gong de Beidaihe, pour soigner des malades.

On les appelle aussi Kuai Le Bai Da Fa, techniques  « frapper dans la joie ».  Frapper sur le corps dans les zones énergétiques  fait évacuer les problèmes, les pensées envahissantes, prépare le corps et calme l’esprit. Et la joie  redonne de la force aux malades, les dynamise, leur fait retrouver l’envie de guérir.

Le but du Chu Ji Dong Gong est de préparer au Qi Gong dynamique en relâchant et calmant. C’est la base, la structure sur lesquelles va pouvoir se poser le Nei Yang Gong dynamique, car le relâchement favorise l’entrée dans le travail en profondeur.

La préparation du Nei Yang Gong est enseigné à Marseille par Solange Ninnin qui se forme régulièrement depuis les années 2000 auprès de Madame Liu Ya Fei à Paris, à Beidaihe.

3 2 1

La liste ci-dessous recense un certain nombre de ces exercices qui ne sont pas exhaustifs :
-Mouvement des bras en 2 cercles
-Mouvement des bras en cercles alternatifs
-Ouvrir et fermer les Bras
-Frapper YungMen (2P), JiangJing (21VB), Jian Yu (15GI)
-Frapper JianJing (21VB) et Ming Men (4VG)
-Frapper DanTian et MingMen (4VG)
-Frapper Daimai (26VB) et Fengshi (31VB)
-Frapper les jambes
-Frapper QiChong (30E) et Huntiao (30VB)
-Tourner les genoux
-Frapper ZuSanLi (36E)
-Marche dynamique
-Ramasser la lune dans la mer
-Onduler comme le grand arbre et comme le saule pleureur
-Harmoniser le méridien de la Vessie
-Frapper le long des 12 méridiens principaux
-Masser les cuisses
-Masser la région lombaire
-Appuyer Huntiao (30VB)
-Faire circuler l’énergie dans le méridien de ceinture (DaiMai)
-Fermeture des bras
-Réunir au DanTian

CONTACT

ACCUEIL

 

C'est possible !!! |
mutuellesante |
Envie de retrouver la ligne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une clinique psychiatrique ...
| Docteur Nina-Prisca
| selmab