MOUVEMENTS

QI GONG, art énergétique chinois

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 8 avril 2016

LE PONT DE PIE ET LA VOIE LACTEE

Classé dans : Un peu de théorie — mouvements @

La légende chinoise dit qu’un jeune bouvier Niúláng (l’étoile Altaïr) rencontre sept sœurs fées qui se baignent dans un lac. Il vole leurs vêtements. Les sœurs fées choisissent la plus jeune et la plus belle d’entre elles Zhīnǚ (la tisserande, l’étoile Véga) pour récupérer leurs vêtements. Comme Niúláng la voit toute nue, elle doit accéder à sa demande en mariage. Elle s’avère une épouse merveilleuse, et Niúláng un bon mari. Ils vivent des moments heureux ensemble. Mais la déesse des cieux découvre qu’un simple mortel a épousé une des jeunes fées. Furieuse, elle prend son épingle à cheveux et grave une large rivière dans le ciel pour séparer éternellement les deux amoureux, formant ainsi la voie lactée séparant les étoiles Altaïr et Véga. Zhīnǚ doit rester éternellement de son côté de la rivière, travaillant tristement sur son métier à tisser, alors que Niúláng la regarde de loin et prend soin de leurs deux enfants (les deux étoiles voisines Beta Aquilae et Gamma Aquilae).
Mais une fois par an, toutes les pies du monde prennent pitié d’eux et volent vers le ciel afin de former un pont permettant ainsi aux amoureux d’être ensemble pour une unique nuit, la septième nuit du septième mois.
Le pont de pies c’est aussi le nom de la position de la langue en Qi Gong qui se pose naturellement contre le palais supérieur derrière les incisives supérieures, faisant ainsi le lien entre le vaisseau gouverneur (Du Mai) et le vaisseau conception (Ren Mai), le Yang et le Yin.

Dans la pratique du pas du tigre (HuBu Gong) de l’école Emei, cette position de la langue est décrite un peu autrement :
« Le dragon rouge frappe à la porte de jade ».

 

Voici le LIEN vers des images inédites de la voie lactée produites par le téléscope géant Apex installé au Chili.

voie lactee

ACCUEIL

DE LA TOILE D’ARAIGNEE ET DES ETIREMENTS DANS LE QI GONG

Classé dans : Définition,Un peu de théorie — mouvements @

La pratique de l’étirement dans le DaoYin (travail corporel du Qi Gong) peut être comparé à une toile d’araignée. Les insectes qui se prennent dans la toile font vibrer les fils. Et l’araignée à l’autre extrémité sent les vibrations dans sa toile.
Notre corps dans la pratique des étirements est comme la toile de l’araignée, à la fois étirée dans ses extrémités, souple et détendue à l’intérieur.
Les insectes sont la métaphore des multiples sensations, émotions, vibrations, manifestations du Qi qui se produisent dans l’espace ainsi ouvert du corps.
L’araignée, c’est l’image de notre esprit qui contemple ce qui advient, ce qui se vit, ce qui fait vibrer notre corps, notre Qi, notre esprit.

Toile araignee

ACCUEIL

 

C'est possible !!! |
mutuellesante |
Envie de retrouver la ligne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une clinique psychiatrique ...
| Docteur Nina-Prisca
| selmab